Actualités

 

“Bonjour à tous,

Le cabinet est ré ouvert depuis le  11 mai. Les règles de sécurité sont respectées : les rendez-vous sont espacés, le cabinet aéré entre chaque personne. Nous n’utilisons pas la salle d’attente, nous demandons à chacun de venir à l’heure exacte du rendez-vous et pas en avance. Chacun vient avec son masque. 

Pour tous ceux qui ne peuvent se déplacer, ou qui habitent loin, je maintiens l’espace de disponibilité que j’ai ouvert pendant le confinement, jusqu’à la fin de l’été, avec des possibilités de rendez-vous visio téléphoniques, ou des échanges par mail si besoin, exceptionnellement.

sylvie.rouger@orange.fr


“Ces êtres de dialogue, de partage et de mouvance que nous sommes, vivent de la magie des rencontres, meurent de leur absence .”
Christiane Singer

Article (5/5/2020) : “Se rencontrer”

Dans la perspective proche du déconfinement, quelques mots sur la rencontre …

“Ces êtres de dialogue, de partage et de mouvance que nous sommes, vivent de la magie des rencontres, meurent de leur absence.” (Christiane Singer)

Ici et là ces derniers temps, on entend des inquiétudes, autant que des impatiences. La peur du monde extérieur, la peur de la contamination, la peur du virus etc…

Ici et là, on voit que le télétravail fonctionne plutôt bien, et c’est tant mieux, et que les directives sont de le poursuivre au maximum dans les temps à venir, dans l’objectif de minimiser la contamination…

Tout cela est en lien avec la situation de crise sur le plan sanitaire. C’est normal, c’est très bien, rien à dire.

On nous parle aussi du plan économique qu’il faut absolument redresser … Il y a tant de détresses de personnes en faillites…

 

»lire

Etrangement, ce que j’entends ces jours-ci m’évoque les mots que j’ai pu entendre en tant que psychothérapeute sur la peur du monde extérieur tapie dans nos inconscients, la sensation d’être différent des autres, la difficulté de trouver une place dans ce monde, d’exister…

Ces peurs sont universelles.Ce déconfinement peut aller titiller à ces endroits-là nos inconscients…
Alors, oui à la prudence, bien sûr.Oui, au respect des règles sanitaires, bien sûr…Oui pour maintenir ces espaces de calmes, de silence, d’intimité que les plus chanceux ont vécu dans le confinement, chez eux … bien sûr
Oui pour ne pas reprendre une course et une fuite en avant, bien sûr …Mais, au plus profond de moi, j’ai quelques inquiétudes pour le monde de demain…
Pourrait-il se développer la croyance, pour tous ceux pour qui le confinement s’est plutôt bien passé, que finalement on peut s’en inspirer ? avec le teletravail ? avec les relations par écran interposé ? avec cette nourriture abondante disponible sur la toile ? dans notre confort psychique et physique de notre chez soi ? Rester dans notre intimité, notre chez soi, y travailler, et vivre quand on le veut les relations qu’on aura choisies, par rapport à nos critères : familiaux, amicaux, valeurs, etc… ?Mais alors….Quid de l’imprévu ? De la rencontre impromptue ?De celui ou celle que je n’avais pas prévu de rencontrer « en vrai », pas par écran interposé ?Au détour d’une rue, dans une salle de spectacle, dans un groupe de formation, dans une relation suscitée par le travail, sur une terrasse de café, dans un cours de n’importe quoi, dans un mouvement de danse ou de Kinomichi, ou par n’importe quel hasard ? Quid de cet état d’ouverture spécial qui se produit quand on quitte ses repères ? C’est devenu plus rare avec ces portables qui sont là tout le temps dans nos poches, qui nous ramènent sans cesse à notre monde, à la nourriture que nous choisissons …Quid de la rencontre ? Je relis ces temps-ci Christiane Singer, que j’ai eu le grand bonheur de rencontrer en mai 2002, et qui a ouvert des pans entiers de ma vie…
« Et si l’essentiel d’une vie consistait à accueillir l’ébranlement, la secousse, le dérangement causé par l’autre ? …
L’invitation n’est pas de mélanger les différences dans une soupe immonde – one way of life – ni d’abandonner nos visions et nos loyautés, mais de les faire se frotter les unes aux autres comme silex, pour que jaillissent les étincelles qui éclairent la nuit du monde.
En hébreu, le mot « malade » (mahala) signifie « tourner en rond ». Le malade est celui qui tourne en rond, qui s’est rendu prisonnier de lui-même, qui s’est mis en enfer-mement. L’autre, cet intrus, cet empêcheur de tourner en rond, opère une brèche dans les fortifications conscientes ou inconscientes que j’ai dressées autour de moi. Il me libère du piège qui s’était refermé sur moi. Le dernier mot revient à Lévi-Strauss : « l’unique tare qui puisse affliger un groupe humain et l’empêcher de réaliser pleinement sa nature, c’est d’être seul trop longtemps. »Ainsi en est-il de chacun de nous…”(Christiane Singer – N’oublie pas les chevaux écumants du passé – 2005)

Alors oui, veillons au respect des règles de sécurité pour le déconfinement. Pour que cette situation ne s’empire pas et finisse par cesser. Mais réouvrons-nous à l’imprévu, à l’inédit, à la rencontre impromptue. Traversons, dépassons nos peurs, et acceptons le petit effort que cela demande. Quand je parle de rencontre, je ne parle pas juste de vaguement être ensemble dans un même endroit, se tourner les uns autour des autres sans vraiment se rencontrer (c’est l’attitude que nous observons le plus spontanément au Kinomichi, on l’appelle toupie-michi !) je vous parle de la rencontre qui nous transforme, ne serait-ce qu’un petit peu, celle qui passe par le don et l’accueil à la fois …

Et ce n’est pas aussi simple de le vivre que de le dire … Cela demande un engagement, une présence, un élan …”… la tolérance, ce formidable trompe-l’œil qui dissimule aux regards la paresse du cœur : « je te tolère pour n’être pas obligé de te rencontrer – et surtout ne pas me voir contraint de te respecter ou de t’aimer ! »Cette tolérance qui englobe tout le monde sans croiser un seul regard contredit la dynamique transformatrice.

Nous ne sommes pas appelés à nous tolérer les uns les autres mais à nous rencontrer.”(Christiane Singer – N’oublie pas les chevaux écumants du passé – 2005). La vie est partout, et surtout, là où ne nous l’avons pas anticipée…La vie est vivifiée par la rencontre.

Sylvie Rouger

6 mai 2020

»fermer

Peintures à l’encre de Chine : en pleine inspiration !

Depuis le lundi 16 mars, en raison du confinement, je dispose d’une quantité de temps libre tout à fait inhabituelle : le cabinet fut fermé jusqu’au 11 mai, les formations professionnelles sont reportées à l’automne, et l’enseignement du Kinomichi suspendu jusqu’à fin août. 

Me voilà donc à peindre chaque jour…

N’hésitez pas à consulter la page instagram où je publie mes peintures chaque jour (plus de 200 peintures publiées). Et si une peinture vous intéresse, vous pouvez me contacter…

Galerie de peintures sur Instagram

Peindre est pour moi une autre façon de partager l’intensité du vivant, de tenter d’exprimer la subtilité, les nuances, la beauté de la Vie …

Je reçois depuis plus de 10 ans un enseignement en peinture traditionnelle chinoise, qui exprime autrement ce que nous cherchons dans le Kinomichi et en Mémoire de l’Origine : la libre circulation de l’énergie !

Voir rubrique “Peintures à l’encre de Chine”

Le Dojo de la Source est fermé depuis le samedi 13 mars, en raison du confinement.

Vous pouvez en attendant consulter notre nouveau site de Kinomichi, cadeau de Floriane, élève du Dojo : www.kinomichi-bretagnesud.com !

Dès que nous serons sortis de cette période, nous serons heureux de vous faire découvrir le Kinomichi ! Si vous êtes attiré(e) par le mouvement et la recherche d’harmonie dans la relation, vous pourrez venir pratiquer avec les élèves de notre Dojo. Ils se feront un plaisir de vous faire découvrir cette belle pratique !

Vous serez bienvenus à un cours d’essai gratuit :

Tous les lundi de 18h45 à 19h45

Les jeudi de 18h45 à 19h45

Les samedi de 10h30 à 11h30

Il suffira de nous prévenir avant de venir. Sachez aussi qu’une fois inscrit pour l’année, il sera possible de venir à n’importe quel cours dans la semaine. Il n’y a pas de “groupe” fixe.

Voir rubrique Kinomichi

Site du Dojo de la Source

Parution du livre : “Mémoire de l’origine® – Et si l’humanité était une chance ?” . C’est fait !

 Nous avons le plaisir d’annoncer la publication d’un livre, fruit de 30 années de recherche et de pratique. Nous étions sur l’écriture de ce livre avec Pascal Elouard depuis 5 ans, la méthode se transformant au fil de la recherche. De manière approfondie, et s’appuyant sur des exemples, ce livre aborde les fondements de l’existence, sur lesquels s’appuie, d’une part la méthode « Mémoire de l’origine ® », et d’autre part, la pratique du Kinomichi que nous enseignons au Dojo.

A tous les curieux, je souhaite que cette lecture enrichisse votre cheminement…

 

« La Mémoire de l’origine – Et si l’humanité était une chance ? », de Pascal Elouard.

Editions Les Impliqués, l’Harmattan.

http://www.lesimpliques.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=61059

Le nouveau site internet est en ligne ! www.memoiredelorigine.com

Une page face book pro a été créée. N’hésitez pas à vous abonner si vous voulez recevoir des infos, des notes de lecture, des articles…

https://www.facebook.com/sylvierougerpsychologue/